samedi 14 novembre 2015

Chronique 1 : The book of Ivy




Titre: The book of Ivy
Auteur: Amy Engel
Édition: Lumen
Pages: 342 pages



Synopsis:



Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.



J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.




Mon avis: 



Un véritable coup de coeur pour cette histoire plus qu'original. De l'amour, de la haine, de l'action, du suspense, une dystopie vraiment magnifique. Pendant ma lecture, j'avais envie de tourner les pages plus vite que je ne lisais, tellement on a envie de savoir ce qu'il va arriver à Ivy et Bishop. Je ne connaissais pas du tout la saga et j'en remercie celle qui me l'a fait connaître. La couverture est sublime, attire le regard avec un côté mystérieux. La synopsis m'a confirmé l'envie de l'acheter au plus vite. 


La plume de l'auteur permet de s'immiscer dans l'histoire, de s'imaginer les lieux et de s'attacher aux personnages ou de les détester, c'est au choix. Pour un premier tome, Amy Engel commence très fort et laisse du suspense jusqu'au bout de la dernière page. Elle nous permet de connaître les héros petit à petit, les voir s'affirmer et s'ouvrir l'un à l'autre. 

L'histoire offre quelques clins d'oeil au classique Roméo et Juliette, principalement la guerre entre deux familles rivales depuis plusieurs années. D'autres évènements m'ont fait penser à ça aussi, mais je n'en dirais pas plus. 

Par contre, Callie est le personnage que j'ai détestée le plus dans l'histoire. Je l'ai trouvée prétentieuse, hypocrite, avec une subite envie de lui mettre des claques à tout bout de champ. Une soeur que personne ne voudrait avoir, mais qu'on doit supporter. 


Bref, si vous recherchez une bonne dystopie, je vous le conseille fortement.